Vers le contenu principal

Le CSTC devient Buildwise : découvrez tout ici.

Liaison d'un versant de toiture avec un mur de façade en maçonnerie - Travaux de rénovation avec isolation par l'intérieur. Exécution phasée possible.

Numéro de réference:
1434
Date de publication:
16/09/2022
Éléments de construction:
Structure portante:
Conçu sous:
Life IP Be Reel!

  • 1. Contre-latte
  • 2. Sous-toiture
  • 3. Chevrons
  • 4. Avant-dernier liteau inférieur
  • 5. Chéneau reposant sur voligeage
  • 6. Latte de pied (liteau surélevé)
  • 7. Bande ou peigne
  • 8. Moulure de rive
  • 9. Voligeage sur lattes
  • 10. Fond de chéneau
  • 11. Planche de rive extérieure
  • 12. Support du chéneau
  • 13. Mur plein existant
  • 14. Panne
  • 15. Voligeage
  • 16. Sablière
  • 17. Solive

Points importants

DIAGNOSTIC

Les bonnes pratiques préconisent toujours de privilégier l'isolation par l'extérieur. Si cette solution n'est pas applicable, et avant d'envisager l'isolation par l'intérieur d'un mur extérieur, il faut s'assurer que ce dernier est sain et que les travaux n'auront aucune conséquence dommageable sur le bâtiment. Dès lors, il convient d'effectuer un diagnostic afin de vérifier que :

- les éléments de toiture conservés sont en bon état (couverture, sous-toiture, gouttière, charpente, etc.) et peuvent jouer leur rôle : étanchéité aux intempéries (NIT 240), évacuation des eaux pluviales (NIT 270), stabilité (NIT 251), etc.
- les différents apports d'humidité dans la façade sont limités (humidité ascensionnelle, infiltration, condensation interne, exposition de la façade aux précipitations, etc.)
- les propriétés de la façade et de ses éléments constitutifs sont adéquates (résistance au gel des éléments de maçonnerie, perméabilité à la vapeur de la finition extérieure, sensibilité à l'humidité d'éléments présents dans la maçonnerie, etc.).

Vous trouverez plus d'informations sur le diagnostic ici.

CONCEPTION

Risques de condensation

- Il faut assurer la continuité de l'isolation et de l'étanchéité à l'air entre la toiture et l'isolation thermique du mur. C'est pourquoi il est nécessaire d'éliminer le plancher existant (sur une largeur au moins égale à l'épaisseur de l'isolation par l'intérieur).
- Afin d'éviter un phénomène de condensation interne (et de préserver ainsi la charpente), il est nécessaire de poser un pare-vapeur (19). Vous trouverez plus d'informations sur le choix du pare-vapeur adéquat ici.
- Lorsque des solives encastrées sont présentes, il faut accorder une attention particulière à leur contour et à l'exposition à la pluie du mur dans lequel elles sont encastrées (voir 'Stabilité' ci-dessous).
- Si la continuité de l'isolation et de l'étanchéité à l'air est assurée, en particulier au droit des détails, et si le climat intérieur est sain (bâtiment bien ventilé et production de vapeur limitée), les risques de condensation superficielle sont négligeables pour ce détail.
- L'espace technique (21) peut être comblé avec un isolant souple en vue de limiter l'épaisseur de l'ensemble du système d'isolation thermique (18) et/ou d'améliorer ses performances globales. Dans ce cas, la résistance thermique de l'isolant principal de la toiture doit être égale ou 1,5 fois supérieure à celle de l'isolant en place entre le pare-vapeur et la finition intérieure.
- Si la sous-toiture semble peu perméable à la vapeur, on considère que la résistance à la diffusion de vapeur de la barrière d'étanchéité à l'air et à la vapeur doit être au moins six fois supérieure (et, de préférence, quinze fois supérieure) à celle de la sous-toiture (voir NIT 251).

Confort estival

Différents paramètres influencent le confort estival. Sous une toiture à versants, la surchauffe est davantage influencée par l'épaisseur de l'isolation et l'utilisation de protections solaires à l'extérieur des vitrages ou d'une ventilation nocturne que par la nature des matériaux d'isolation (voir Buildwise Magazine n° 74).

Étanchéité à l'air

- Le concepteur doit s'assurer que chaque paroi est étanche à l'air (membrane, enduit, etc.). Ces différents éléments pare-air sont identifiés dans le schéma ci-dessus et communiqués à l'entreprise qui réalise les travaux.
- Dans le cas où cette fonction pare-air est assurée par la membrane pare-vapeur (19), on veillera à réaliser la continuité de la barrière étanche à l'air en raccordant le pare-vapeur de la toiture au pare-vapeur de la façade. Pour ce détail, nous proposons d'interposer un élément rigide entre chaque solive et de compléter cet isolant avec une mousse PU, si nécessaire. Ainsi, le pare-vapeur de part et d'autre du plancher pourra être fixé à l'aide de tape sur l'isolant rigide. En complément, les solives encastrées doivent être parfaitement emballées pour assurer une bonne étanchéité à l'air.
- Il faut prévoir un espace technique (21) assez grand pour le passage des câbles, des conduites et des blochets éventuels. Compte tenu de la profondeur des blochets, un espace de 60 mm peut être nécessaire.

Sécurité incendie

- Lorsqu'un conduit de fumée traverse la toiture, la distance de sécurité par rapport aux matériaux combustibles (OXX ou GXX) doit être respectée (voir Buildwise Magazine n° 47). Ces restrictions posent souvent des problèmes pour les raccords entre la paroi extérieure du conduit et les différents éléments de la toiture. Lorsque la possibilité se présente, nous conseillons d'employer des conduits de type O00 ou G00 car ils offrent une distance de sécurité nulle. On peut ainsi recourir aux solutions classiques de raccord avec le pare-vapeur/la barrière d'étanchéité à l'air, l'isolant et la sous-toiture (voir NIT 251). Des coquilles isolantes spécifiques peuvent également être employées à hauteur de la traversée. Par mesure de sécurité, le conduit doit être réalisé en une seule pièce à ce même endroit.
- L'arrêté royal du 7 juillet 1994 (AR du 7/7/1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l'incendie et l'explosion et ses modifications) stipule les exigences concernant les toitures en matière de réaction et de résistance au feu. Actuellement, les prescriptions de cet arrêté ne s'appliquent pas aux maisons unifamiliales.

Confort acoustique

- De manière générale, l'utilisation d'isolants souples à cellules ouvertes diminue la transmission des bruits aériens et, par conséquent, améliore la performance acoustique de la toiture.
- Dans le cas d'un isolant rigide à cellules fermées, une amélioration peut être apportée en appliquant un isolant acoustiquement absorbant (laine minérale ou végétale, cellulose, etc.) dans l'espace technique (21) et/ou en désolidarisant les finitions intérieures par rapport aux éléments de structure (voir Buildwise Magazine n° 26).

Stabilité

Lorsque des solives encastrées sont présentes, il faut s'assurer que les travaux n'auront pas de conséquences dommageables sur le bâtiment (pourriture des solives). Il est crucial de limiter l'exposition aux précipitations des murs accueillant les poutres encastrées. Une étude hygrothermique sera nécessaire pour certaines configurations.
Si les solives (ou gîtes) sont parallèles au mur, il sera peut-être nécessaire de déplacer (à l'aide de supports mécaniques) la solive proche du mur (la solive 17 sur la situation existante est déplacée à hauteur de la solive 22 sur la phase intermédiaire) afin de permettre la continuité de l'isolant et de l'étanchéité à l'air, tout en assurant la stabilité du plancher.

EXÉCUTION

- Il ne faut jamais placer l'isolant intérieur contre un mur humide. Tout dommage lié à l'humidité doit être corrigé avant la pose de l'isolant. Une attention particulière doit être accordée aux murs contenant des solives encastrées (voir point 'Stabilité' ci-dessus).
- Le soin apporté à la pose du pare-vapeur est capital pour la pérennité de la charpente et des solives éventuelles. Il faut assurer les jonctions et éviter les percements de la membrane. Une attention particulière doit être accordée au contour des solives. Si un percement doit avoir lieu, un traitement adéquat est à prévoir sous la forme d'une bande adhésive, de manchons, d'une étanchéité à l'air liquide, etc. (voir NIT 255). L'espace technique (21) est à privilégier pour les éventuels passages de câbles.
- Au niveau de la façade, on veillera à supprimer toutes les parties d'enduit non adhérentes au mur à isoler. Le mur doit être stable, sain et propre. Les anciennes finitions doivent être retirées, surtout si elles sont sensibles à l'humidité.
- Le système d'isolation par l'intérieur doit être mis en oeuvre de sorte à éviter la présence d'espace entre le mur et l'isolant. Toute circulation d'air à cet endroit serait préjudiciable pour la résistance thermique de l'ensemble.
- Dans la zone des avant-toits, au niveau de la sablière (16), l'isolant doit être posée de manière continue et dense afin d'éviter la formation de courants d'air dans le complexe de toiture en raison de l'influence du vent. En effet, les courants d'air pourraient avoir une incidence négative majeure sur la performance thermique et le confort au bas de la toiture.

PHASAGE

Si on isole d'abord la toiture et que le mur est isolé par l'intérieur dans une phase ultérieure :
- il faut s'assurer que l'isolation thermique de la toiture puisse se raccorder ultérieurement à l'isolation intérieure de la façade
- pour y parvenir, nous proposons d'interposer, dès cette première phase, un élément d'isolation rigide entre chaque solive en combinaison avec une mousse PU, si nécessaire. Ainsi, le pare-vapeur de la toiture pourra être fixé à l'aide de tape sur l'isolant rigide. Par ailleurs, la partie accessible des solives devra être parfaitement emballée pour assurer une bonne étanchéité à l'air
- lors des travaux d'isolation de la toiture, il est important, pour réaliser le raccord, de supprimer le plancher existant sur une largeur au moins égale à l'épaisseur de l'isolation par l'intérieur (voir situation de base et variante). Si le plancher n'est pas retiré localement pendant cette première phase, la continuité de l'étanchéité à l'air ne pourra pas être assurée lors de l'isolation de la façade. Or, la continuité de l'étanchéité à l'air est cruciale pour la pérennité des solives.

Si on isole d'abord le mur et que la toiture est isolée dans une phase ultérieure :
- assurez-vous que l'isolation thermique de la façade puisse se raccorder ultérieurement à l'isolation de la toiture
- sachez qu'il est généralement plus avantageux, pour des raisons d'économies d'énergie et de prévention des problèmes d'humidité, d'isoler le toit avant les façades.

REFERENCES

- Buildwise Magazine n° 49 : 'Rénovation énergétique des toitures à versants'
- Buildwise Magazine n° 36 : 'Isolation des murs existants par l'intérieur : diagnostic'
- Buildwise Magazine n° 38 : 'Isolation des murs existants par l'intérieur : systèmes et dimensionnement'
- Buildwise Magazine n° 55 : 'Isolation des murs existants par l'intérieur : réalisation des détails'
- Buildwise Magazine n° 45 : 'Le détail constructif : un concentré d'exigences'
- Site web Buildwise : '5 vidéos sur l'isolation par l'intérieur'

1434_JPG1_20220916.jpg
1434_JPG2_20220916.jpg


Publications connexes