Vers le contenu principal

Le CSTC devient Buildwise : découvrez tout ici.

Liaison d'un versant de toiture avec un mur de façade en maçonnerie - Travaux de rénovation avec isolation par l'extérieur. Exécution phasée possible.

Numéro de réference:
1435
Date de publication:
16/09/2022
Éléments de construction:
Structure portante:
Conçu sous:
Life IP Be Reel!

  • 1. Contre-latte
  • 2. Tuile existante
  • 3. Mur plein
  • 4. Isolant thermique à conserver
  • 5. Panne sablière
  • 6. Contre-latte
  • 7. Sous-toiture
  • 8. Isolant thermique
  • 9. Pare-vapeur
  • 10. Voliges éventuelles
  • 11. Latte de pied (liteau surélevé)
  • 12. Bande ou peigne métallique ou synthétique
  • 13. Raccord étanche au vent entre la sous-toiture et la bavette de gouttière
  • 14. Volige de support de la bavette
  • 15. Gouttière avec bavette
  • 16. Planche de rive
    18. Joint précomprimé
    19. Raccord étanche à l'air du pare-vapeur de la toiture avec la façade
    20. Zone étanche à l'air
    21. Isolant thermique extérieur (ETICS)
  • 6. Contre-latte
  • 7. Sous-toiture
  • 8. Isolant thermique
  • 9. Pare-vapeur
  • 10. Voliges
  • 11. Latte de pied (liteau surélevé)
  • 12. Bande ou peigne métallique ou synthétique
  • 13. Raccord étanche au vent entre la sous-toiture et la bavette de gouttière
  • 14. Volige de support de la bavette
  • 15. Gouttière avec bavette
  • 16. Planche de rive
  • 17. Isolant souple

Points importants

DIAGNOSTIC

Pour ce détail, la situation de départ est la suivante :
- rénovation de la toiture d'une construction en mur plein, sans dépassant de toiture avant la réalisation des travaux
- toit en tuiles et gouttières à renouveler
- finitions intérieures conservées
- laine minérale présente entre les chevrons.
Attention : en rénovation, il convient toujours d'effectuer un diagnostic afin de vérifier que :
- les éléments de la toiture conservés sont en bon état (dans le cas présent, la charpente) en vue d'assurer la stabilité de l'ensemble
- les différents apports d'humidité dans la façade sont limités (humidité ascensionnelle, infiltration, condensation interne, exposition de la façade aux précipitations, etc.).

CONCEPTION

Risques de condensation

- Veillez à ce que la couche d'isolation soit interrompue par le moins grand nombre possible d'éléments en bois. Des chevrons auxiliaires sont nécessaires pour prolonger la couche d'isolation jusqu'à l'isolation de la façade. Si la continuité de l'isolation est assurée, en particulier entre la toiture et l'ETICS, les risques de condensation et de moisissure sont négligeables pour ce détail.
- Cependant, pour éviter un phénomène de condensation interne (et préserver ainsi la structure en bois), il est nécessaire de mettre en oeuvre un pare-vapeur (9). Vous trouverez plus d'informations sur le choix du pare-vapeur adéquat dans la NIT 251.
- L'isolation thermique existante (4) sous le pare-vapeur peut être conservée à condition que la résistance thermique du nouvel isolant principal de la toiture soit égale ou 1,5 fois supérieure à celle de l'isolant en place. Afin de revoir cette valeur à la baisse, vous pouvez recourir à une étude hygrothermique.
- Afin d'assurer la continuité de la couche isolante, des voliges (10) peuvent être placées de sorte à pouvoir fixer les chevrons auxiliaires en décalage par rapport aux chevrons existants (voir dessin 3D ci-dessous).

Évacuation des eaux pluviales

- L'étanchéité aux intempéries de la toiture est assurée par la combinaison des matériaux de couverture et de sous-toiture. En effet, certaines conditions météorologiques particulières (pluies battantes, neige) peuvent nécessiter qu'une faible quantité d'eau soit évacuée par le biais de la sous-toiture. Sa mise en oeuvre doit être conforme à la NIT 240.
- La NIT 270 permet de calculer la section de gouttière à prévoir en fonction des contraintes propres au projet (pente de gouttière, surface de toiture, longueur de versant, etc.). La position de la gouttière peut varier en fonction du système choisi pour évacuer les eaux pluviales.

Confort estival

Différents paramètres influencent le confort estival. Sous une toiture à versants, la surchauffe est davantage influencée par l'épaisseur de l'isolation et par l'utilisation de protections solaires à l'extérieur des vitrages ou d'une ventilation nocturne que par la nature des matériaux d'isolation (voir Buildwise Magazine n° 74).

Étanchéité à l'air

- Le concepteur doit s'assurer que chaque paroi est étanche à l'air (membrane, enduit, etc.). Ces différents éléments 'pare-air' sont identifiés dans le schéma ci-dessus et communiqués à l'entreprise qui réalise les travaux.
- Dans le cas où cette fonction pare-air est assurée par la membrane pare-vapeur (9), on veillera à réaliser la continuité de la barrière étanche à l'air en raccordant (19) le pare-vapeur de la toiture à la façade. De plus, on veillera à assurer l'étanchéité à l'air de la face extérieure du mur existant (20) sur 1 mètre environ (par exemple, en appliquant un enduit sur toute la surface). Si un bardage est mis en oeuvre à la place de l'ETICS, nous conseillons de prolonger le raccord du pare-vapeur sur une distance d'un mètre.

Sécurité incendie

- Lorsqu'un conduit de fumée traverse la toiture, la distance de sécurité par rapport aux matériaux combustibles (OXX ou GXX) doit être respectée (voir Buildwise Magazine n° 47). Ces restrictions posent souvent des problèmes pour les raccords entre la paroi extérieure du conduit et les différents éléments de la toiture. Lorsque la possibilité se présente, nous conseillons d'employer des conduits de type O00 ou G00 car ils offrent une distance de sécurité nulle. On peut ainsi recourir aux solutions classiques de raccord avec le pare-vapeur/la barrière d'étanchéité à l'air, l'isolant et la sous-toiture (voir NIT 251). Des coquilles isolantes spécifiques peuvent également être employées à hauteur de la traversée. Par mesure de sécurité, le conduit doit être réalisé en une seule pièce à ce même endroit.
- L'arrêté royal du 7 juillet 1994 (AR du 7/7/1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l'incendie et l'explosion et ses modifications) stipule les exigences concernant les toitures en matière de réaction et de résistance au feu. Actuellement, les prescriptions de cet arrêté ne s'appliquent pas aux maisons unifamiliales.

Confort acoustique

- De manière générale, l'utilisation d'isolants souples à cellules ouvertes diminue la transmission des bruits aériens et, par conséquent, améliore la performance acoustique de la toiture.
- Dans le cas étudié, la présence d'isolant souple entre les chevrons permet déjà d'atteindre un meilleur niveau acoustique. Le choix de l'isolant à mettre en oeuvre pour la solution en sarking dépendra de l'environnement et des objectifs que l'on s'est fixés (voir Buildwise Magazine n° 26).

Stabilité

- Il faut évaluer la capacité de la charpente existante à supporter le surplus de charge engendré par la couche d'isolant thermique et la nouvelle couverture. Nous recommandons de limiter la déformation finale (après la pose des finitions) de la structure portante à 1/350e de la portée. Un critère de 1/250e peut être appliqué en l'absence de finitions (voir Buildwise Magazine n° 32). En cas de doute, l'évaluation doit être vérifiée par un bureau d'études en stabilité.
- La fixation des tuiles est déterminée par les contraintes dues au vent (voir NIT 240, §2.3.2).
- La fixation de la gouttière et de son support doit permettre d'assumer une charge de neige élevée. Le Buildwise Magazine n° 35 vous offre plus de précisions à cet égard.
- Afin d'éviter l'arrachement des chevrons auxiliaires fixés dans les voliges éventuelles (10), la longueur de pénétration minimale des vis doit être six fois supérieure au diamètre de la vis (par exemple : si la vis a un diamètre de 4 mm, la planche doit avoir une épaisseur d'au moins 24 mm [Source : Eurocode 5, §8.7.2 (3), p. 77]).

EXECUTION

- Le soin apporté à la pose du pare-vapeur est capital pour la pérennité des éléments de la toiture en sarking :
- évitez d'endommager le pare-vapeur en imposant des angles vifs à la jonction entre la façade et le toit
- nivelez le haut du mur en le cimentant
- arrondissez l'angle supérieur du mur à l'extérieur (voir figure principale : variante ETICS).
- Les voliges (10) peuvent être intégrées dans les chevrons existants selon la section des chevrons (en cas de doute, contactez un ingénieur en stabilité). Elles peuvent également être incorporées entre ces chevrons. Il est ainsi possible d'utiliser la même épaisseur d'isolation sur toute la surface du toit.
- Dans la zone des avant-toits, l'étanchéité au vent de la structure est importante en vue d'assurer la performance thermique de l'ensemble. Pour ce faire, il est préférable de mettre en oeuvre une sous-toiture suffisamment étanche à l'air et, dans l'idéal, de la combiner à des raccords collés.
Par exemple, vous pouvez placer la sous-toiture à plat et sans interruption contre la bavette de gouttière (15) et, le cas échéant, la compléter par une bande autocollante en sous-face de la sous-toiture. Si la gouttière est fixée sur la planche de rive (16), il faut coller la sous-toiture sur la partie verticale de la gouttière ou sur le bois.
De plus, il est préférable de prévoir un joint étanche (18) entre la planche de rive et le haut de l'ETICS et de poser un isolant suffisamment dense dans cette zone (> 20 kg/m³), ce qui permettra aussi de limiter l'effet du vent.
- Il faut prévoir un espace assez grand entre la planche de rive (16) et l'ETICS (21). Si la projection verticale de la planche de rive est limitée à 5 cm, la distance horizontale doit être d'au moins 3 cm. Cependant, plus la distance est grande, mieux l'enduit de l'ETICS est protégé (les dépassants de toiture sont d'autant plus favorables qu'ils sont grands). Il est donc préférable de connaître l'épaisseur de l'isolant et les finitions envisagées de l'ETICS avant d'entamer la rénovation de la toiture.

PHASAGE

Si on isole d'abord la toiture et que le mur est isolé par l'intérieur dans une phase ultérieure :
- il faut s'assurer que l'isolation thermique de la toiture puisse se raccorder ultérieurement à l'isolation de la façade. Si on ne connaît pas encore les matériaux utilisés pour l'isolation et les finitions extérieures de la façade, il est préférable de prévoir un porte-à-faux d'au moins 20 cm qui permettra, par la suite, de poser aussi bien l'ETICS qu'un revêtement de façade avec une valeur U conforme aux exigences actuelles en matière de performance énergétique (PEB), soit Umax = 0,24 W/m.K
- il faut assurer un raccordement étanche entre le pare-vapeur de la toiture (9) et l'étanchéité à l'air de la façade (20). Pour y parvenir, il suffit de prolonger le pare-vapeur (9) le long de la façade sur environ 1 mètre. Si le raccord à la couche étanche à l'air de la face extérieure du mur existant (20) n'est pas mis en oeuvre immédiatement, cette bande peut être enroulée pour être déroulée au moment opportun (voir schéma complémentaire ci-dessus). Il est également possible de ne prolonger le film que de 10 à 20 cm au-dessus de la façade et de le raccorder, par la suite, de manière étanche à celle-ci. Il est essentiel que la feuille ne soit pas coupée trop court afin de pouvoir effectuer un raccordement étanche dans une prochaine phase. Si une feuille d'attente est prévue pour un raccordement ultérieur, il faut veiller à ce que la bande soit suffisamment résistante aux UV et/ou protégée de la lumière
- si on modifie la descente des eaux pluviales, il faut veiller à anticiper sa position finale, à la fin des travaux d'isolation de la façade, pour assurer son raccord avec le système d'évacuation des eaux de pluie.

Si on isole d'abord le mur et que la toiture est isolée dans une phase ultérieure :
- avant de procéder à la postisolation de la façade, vérifiez que le mur est suffisamment sec et qu'aucune infiltration ne peut se produire depuis le toit
- assurez-vous que l'isolation thermique de la façade puisse se raccorder ultérieurement à l'isolation de la toiture
- notez cependant qu'il est préférable d'isoler d'abord le toit pour faciliter la coordination et limiter les risques liés à la pose de l'ETICS, car il n'est pas évident de prédire la position finale du raccord entre l'ETICS et l'isolation future de la toiture
- sachez aussi qu'il est généralement plus avantageux, pour des raisons d'économies d'énergie et de prévention de l'humidité, d'isoler le toit avant les façades.

REFERENCES

- Buildwise Magazine n° 45 : 'Le détail constructif : un concentré d'exigences'
- Site web Buildwise : 5 vidéos sur l'isolation par l'intérieur

1435_JPG1_20220916.png
1435_JPG2_20220916.jpg
1435_JPG3_20220916.jpg


Publications connexes