Expression de la qualité de l’air intérieur

Retour à ventilation & qualité de l’air intérieur

La norme ISO 16814:2008 traite des méthodes d'expression de la qualité de l'air intérieur (QAI) pour une occupation humaine. Elle aborde les questions de ventilation et d’épuration de l’air.

Approche générale pour l’expression de la QAI

En matière de QAI, les êtres humains ont deux exigences fondamentales: il convient que le risque d'effets nocifs sur la santé associé à la respiration de l'air soit faible et que l'air soit perçu comme acceptable en termes de confort. Deux méthodes directes d'expression de la QAI sont associées à ces deux exigences. La troisième possibilité est une méthode indirecte fondée sur le taux de renouvellement d'air.

Pour la QAI, les deux principaux critères de conception sont:

  • la santé (y compris une maladie identifiable et l'apparition de symptômes non spécifiques) ;
  • le confort (ou QAI perçue ou «acceptabilité»).

Un troisième critère de conception, jusqu’à présent peu utilisé, est :

  • les performances humaines (en matière d'apprentissage, de travail, de performances sportives, etc.).

La sélection d’un niveau cible de QAI nécessite de définir les critères de QAI qui serviront de guide. Cela implique donc de déterminer si niveau cible tiendra compte de la santé ou du confort de personnes adaptées ou inadaptées (pas encore adaptée à la qualité de l’air dans une pièce).

La sélection d’un niveau cible de QAI nécessite choisir une méthode d'expression de la QAI :

  • Expression directe de la QAI ;
  • Expression indirecte basée sur le taux de renouvellement d'air (ou le débit d’air).

L’expression de la QAI basée sur le taux de renouvellement d’air

Dans différentes normes, plusieurs méthodes sont données pour déterminer le débit de renouvellement d'air approprié pour le confort.

Les occupants humains produisent du CO2, de la vapeur d'eau et des contaminants, y compris des matières particulaires, des aérosols biologiques et des COV (composés organiques volatiles). Le niveau de bioeffluents générés par les individus varie en fonction des niveaux d'activité ainsi que de l'âge des individus. Une certaine adaptation aux bioeffluents intervient pendant l'occupation d’une pièce. La concentration cible pour le confort est communément basée sur le CO2 comme indicateur des bioeffluents humains.

Par exemple, la norme NBN EN 16798-1 (2019) et le rapport technique CEN/TR 16798-2 (2019) donnent les quatre niveaux suivants (du plus acceptable au moins acceptable) de spécifications types pour les concentrations de CO2 au-dessus du niveau extérieur, pour des personnes inadaptées pour un bâtiment non-résidentiel (bureau, restaurant, classe…). Ces documents donnent également des débits de ventilation de base correspondants :

QAII Qualité haute 550 ppm 36 m³/h par personne
QAIII Qualité moyenne 800 ppm 25 m³/h par personne
QAIIII Qualité modérée 1350 ppm 14 m³/h par personne
QAIIV Qualité faible 1350 ppm 9 m³/h par personne

NOTE     En 2020, la concentration atmosphérique de CO2 était en moyenne de 412 ppm (https://indicators.be/fr/i/G13_CO2/fr)