Réemploi, recyclage et gestion des déchets

En tant qu'entrepreneur, êtes-vous intéressé par la réutilisation des matériaux ? Ou voulez-vous mieux recycler les déchets sur votre chantier ? Nous répondons ci-dessous aux questions les plus importantes. 

Retour à : l’économie circulaire dans la construction

Comment organisez-vous la gestion des déchets sur votre chantier pour recycler un maximum de manière qualitative ?

L’Union Européenne nous appelle à transformer nos « déchets » en ressources. De plus en plus de producteurs de matériaux de construction se développent pour utiliser des matières premières secondaires (c’est-à-dire recyclées). Mais la qualité et la quantité du produit fini dépendent directement de la qualité et de la quantité des déchets arrivant aux unités de recyclage ! Les critères de qualité requièrent dès lors de séparer les déchets-ressources du flux tout-venant dès le chantier, pour maximiser leur pureté. Les entrepreneurs  sont donc invités à entrer dans cette démarche d’économie circulaire car ils constituent un maillon essentiel de la chaîne de valorisation des déchets ! 

En pratique, on conseille d’identifier avant le début du chantier les types et les quantités de déchets qui seront générés lors de la construction ou de la démolition de l’ouvrage. Cela permet de mettre en évidence les principaux flux de déchets et d’organiser la gestion de ceux qui seront orientés vers un recyclage à haute valeur (contact avec la filière, type, quantité et localisation des contenants, calcul des coûts...). 

En phase d’exécution, une attention particulière est apportée au respect des conditions d’acceptation (les consignes de tri sélectif) lors du remplissage des contenants. L’affichage d’informations visuelles (photos, pictogrammes...) et une séance d’information aux ouvriers sont de bons points de départ. Un ouvrier formé au rôle de valoriste peut réaliser une partie des tâches liées au tri sélectif et veiller à la conformité du tri. 

Une description détaillée de nombreuses pratiques de gestion des déchets de chantier vous est proposée dans ces fiches.  

Comment organisez-vous vos travaux de démolition pour recycler un maximum de manière qualitative ?

Pour recycler au maximum les déchets de démolition, il est nécessaire de démolir de manière sélective et de collecter les différents flux de déchets séparément. 

Il importe de dresser un inventaire de démolition. En estimant au préalable les quantités de déchets qui seront émis, ainsi que les contaminants et les substances dangereuses, on est à même de mieux préparer les travaux de démolition et d’organiser la collecte sélective. La gestion des déchets doit être prise en compte dans la rédaction de l’offre, et prévue en pratique dans le plan de gestion des déchets. 

Il est recommandé de démolir par phases ; d’abord la décontamination, pour enlever les déchets dangereux, ensuite le démantèlement des éléments réemployables, puis la déconstruction sélective. Durant le chantier, il convient de monitorer la production de déchets. 

Consultez l’article suivant pour davantage de solutions de recyclage et de logistique vers une meilleure gestion des déchets.

Vers l'article

Où pouvez-vous déposer vos déchets de construction et/ou de démolition pour un recyclage de qualité ?

Dans les déchets de construction et de démolition, on distingue les fractions pierreuses et non pierreuses. Les fractions pierreuses (également appelées gravats) sont traitées dans des concasseurs pour être transformées en granulats recyclés. Pour les fractions non pierreuses, de nombreuses filières de recyclage existent déjà. Les modalités de collecte, les critères d’acceptation, la répartition géographique, les tarifs (etc.) varient généralement en fonction du matériau et de l’unité de recyclage.

Consultez l’aperçu des filières de recyclage

Comment identifier le potentiel de réemploi des matériaux dans les bâtiments à démolir ou à rénover ?

Avant de démonter les matériaux de construction en vue de leur réemploi, il est nécessaire de déterminer leur potentiel de réemploi. Il s’agit en effet de s’assurer que ces matériaux seront effectivement réutilisés. 

La réalisation d’un inventaire réemploi peut vous aider dans cette estimation. L'inventaire réemploi permet de collecter et de structurer les informations nécessaires sur ces matériaux. Notamment l'état du matériau, ses dimensions, les quantités, l'accessibilité, les informations techniques... 

L'établissement (ou l'utilisation) d'un inventaire réemploi vous offre plusieurs avantages en tant qu'entrepreneur : 

  • Vous pouvez mieux organiser et préparer le chantier en vue de la déconstruction et éventuellement du stockage (dans le cas d'un réemploi in-situ, par exemple) 
  • Vous pouvez rechercher à l'avance des acheteurs pour les matériaux  
  • Vous pouvez mieux estimer les coûts/gains potentiels liés au réemploi 
  • Vous pouvez communiquer plus facilement avec d'autres entreprises (sous-traitants, revendeurs spécialisés...) au sujet des matériaux à déconstruire. 

Vous retrouverez les directives pour l'établissement d'un inventaire réemploi et les modèles correspondants ici : 

« Guide pour l'identification du potentiel de réemploi des produits de construction - FCRBE » 

« Brochure : faire un inventaire : le premier pas pour l’économie circulaire avant la démolition » 

Où pouvez-vous trouver ou acheter des matériaux de réemploi ?

Les fournisseurs professionnels 

Rien qu’en Europe du Nord-Ouest, il existe plus d’un millier d’entreprises spécialisées dans la vente de matériaux récupérés. Celles-ci récupèrent et proposent différents types de matériaux, des plus anciens et spécifiques aux plus récents et standards. L’annuaire Opalis.eu permet de trouver facilement des fournisseurs professionnels dans sa région. 

Les lots récupérés sur site 

Lorsque les travaux portent sur des bâtiments à rénover, à transformer ou à reconstruire, on peut y trouver des matériaux susceptibles d’être récupérés et réemployés dans les nouveaux aménagements, sur le même site. Un travail préparatoire peut s’avérer nécessaire, et une attention devra être portée au stockage. 

Les lots spécifiques 

Dans certains cas, des lots spécifiques vont être identifiés par le maître d’ouvrage et/ou les architectes pour ensuite être démontés et réemployés sur un autre chantier. Il peut, par exemple, s’agir de matériaux encore installés à démonter dans un autre bâtiment, ou de matériaux qui auront été achetés au préalable par le commanditaire. 

Les annonces et les plateformes de revente en ligne 

Depuis quelques années, des plateformes numériques annonçant des lots de matériaux à récupérer (soit toujours en place, soit déjà démontés) se multiplient. Elles constituent une source d’approvisionnement intéressante, mais également un moyen pour trouver des repreneurs professionnels ou privés. Il est aussi possible d’acheter des matériaux de réemploi directement en ligne, via ces plateformes.  

Une analyse des plateformes numériques

Une liste des plateformes en ligne

Les partenariats 

Parfois, certaines entreprises de déconstruction et de construction mettent en place une collaboration visant à faire circuler les matériaux de construction déconstruits par l’une, pour constituer une source de matériaux pour l’autre. Cette symbiose leur permet d’avoir une meilleure vue sur la demande, ainsi que sur le stock de matériaux prochainement disponibles. 

Comment vérifier la qualité technique des matériaux de réemploi ?

Une procédure en 4 étapes a été développée par Buildwise afin de justifier les performances techniques des matériaux de réemploi. Elle se veut applicable à tous les matériaux et toutes les situations de réemploi. Elle se base d’une part sur l’application future du matériau, et les exigences techniques qui y sont liées, et d’autre part sur le gisement existant, et l’ensemble des informations concernant l’état et l’historique des produits qui peuvent en être tirées. La confrontation entre le caractère fondamental ou complémentaire des exigences avec les informations disponibles permet alors de déterminer les méthodes d’évaluation à mettre en œuvre. 

Elles sont les suivantes : 

  • L’évaluation directe 
  • L’évaluation indirecte 
  • L’évaluation par essais 
  • Le « contrôle de la chaîne » 
  • L’évaluation lors de la nouvelle application 

Plus d’informations : 

Procédure développée dans le cadre du projet feder BBSM 

Procédure résumée