Ruwbouw in de praktijk

Gros œuvre et enveloppe du bâtiment

Vous êtes entrepreneur et assumez les travaux de gros œuvre, de façade ou de toiture ou encore la pose de menuiseries extérieures ? Vous voulez savoir comment mettre en pratique les principes de l'économie circulaire ? Regardez ci-dessous. 

Retour à : l’économie circulaire dans la construction

Les granulats de béton recyclés peuvent-ils être utilisés dans le béton prêt à l'emploi ?

En Belgique, il existe un cadre délimitant l'utilisation des granulats recyclés de qualité suffisante dans le béton prêt à l'emploi. Il est possible d'obtenir un certificat BENOR, à condition de respecter certaines limites en termes d'environnement et de taux de remplacement. Vous trouverez davantage d'informations dans cet article 

Découvrez des informations plus détaillées dans cet Innovation Paper.

Le béton à base de granulats recyclés – ou l'utilisation du béton circulaire dans la pratique – nécessite un certain nombre d'interventions de la part des différents acteurs et la résolution de certains problèmes tout au long du processus. Buildwise a élaboré un Guide pratique à ce sujet.

Si vous avez encore des questions, consultez l'Antenne Normes Béton, mortier & granulats. 

Comment augmenter la circularité des toitures plates ?

Pour permettre le réemploi et le recyclage des matériaux de couverture, vous devez être en mesure de les démonter à un prix abordable et d'évaluer la qualité technique de l'ancien matériau. La déconstruction abordable des matériaux d'étanchéité de toiture est possible en optant pour des solutions démontables. L'étanchéité de toiture peut, par exemple, être posée en indépendance (ballast), fixée mécaniquement (par des câbles, des crochets, des raccords Velcro, etc.) ou collée de manière réversible, au lieu d'être collée de manière irréversible à l'isolation de la toiture ou à la structure porteuse. Il ne faut pas oublier les acrotères.  

La facilité de déconstruction et la longévité peuvent également être stimulées par des modèles commerciaux 'as-a-service', où le fabricant ou l'entrepreneur reste propriétaire du produit. L'évaluation de la qualité technique des matériaux d'étanchéité de toiture peut se faire à l'aide de nouveaux systèmes de stockage d'informations, comme un modèle BIM qui est tenu à jour pendant la phase d'utilisation. 

Plus d'informations

Comment augmenter la circularité d’une toiture à versants ?

Lors de la construction d'une toiture à versants dans une optique de circulaire, il convient d'insister sur le maintien des matériaux dans le cycle. C'est possible d'une part en utilisant des matériaux récupérés pour les tuiles, le bois et l'isolation. D'autre part, une conception orientée vers le changement peut garantir que les matériaux resteront aussi dans le cycle à un stade ultérieur. Par exemple, en utilisant des poses démontables et en évitant les isolants projetés. Vous trouverez davantage d'informations dans cet article.

Le projet Interreg FCRBE a débouché sur un guide pratique du réemploi à l'intention de la profession de couvreur. L'ensemble du processus y est passé en revue, de la déconstruction à la remise en œuvre.

Lors de la réutilisation de matériaux, il peut être nécessaire de vérifier si ces derniers répondent encore à certains aspects tels que la résistance au gel, l'étanchéité à la pluie ou la stabilité dimensionnelle. Le projet FEDER BBSM a défini un cadre technique le permettant. Plus d'informations ici. 

 

En tant qu'entreprise générale, comment pouvez-vous mettre en pratique le principe de réemploi ?

La meilleure façon d'aborder cette question en tant qu'entreprise générale aux différents stades du processus de construction est décrite en détail dans le « guide du réemploi en pratique ».

Quelques consignes : 

  • Vous pouvez estimer le potentiel de réemploi des matériaux de construction en utilisant un inventaire de réemploi et des critères de sélection. 
  • Les matériaux habituellement récupérés par les entreprises générales sont les suivants : briques, poutrelles en acier, panneaux isolants, pierre naturelle, structures de hangar en acier et escaliers. 
  • Réalisez des essais de déconstruction pour vérifier si les matériaux sont suffisamment démontables et pour déterminer une technique de démontage appropriée. 
  • Gardez à l'esprit qu'il y a toujours un certain taux de perte. 
  • Lors de la déconstruction de matériaux en vue de leur réemploi, la traçabilité revêt une grande importance. 
  • De bons accords sont nécessaires pour répartir les responsabilités relatives à certaines tâches. 
  • Consacrez une attention suffisante au stockage des matériaux, tant en ce qui concerne les mesures de protection que leur coût. 
  • Travaillez avec des fournisseurs professionnels de matériaux de réemploi ou créez un réseau pour des matériaux spécifiques afin d'avoir un contrôle suffisant sur la capacité de livraison et la qualité. 
  • Suivez la procédure expliquée dans le guide pour lever les incertitudes concernant les performances techniques des éléments de réemploi et justifier leurs performances. 
  • En principe, la plupart des matériaux de réemploi peuvent être placés de la même manière que les matériaux neufs. Il faut cependant tenir compte des imperfections éventuelles (dimensions différentes, écarts visuels...) ou d’une éventuelle incompatibilité entre les anciens matériaux et les nouveaux matériaux (par exemple mortier de ciment et mortier de chaux...). 
  •  Les principaux surcoûts éventuellement liés au réemploi : main-d'œuvre, adaptation de la méthode de travail, logistique supplémentaire, justification des performances techniques et maintien de la traçabilité. 
  • Les principaux avantages généralement associés au réemploi : suppression des coûts de gestion des déchets, suppression des coûts de transport (en cas de réutilisation sur site), prix d'achat inférieur à celui des matériaux neufs, recettes dues à l'amélioration de l'image de l'entreprise ou à des services supplémentaires. 

En tant que menuisier, comment pouvez-vous mettre en pratique le principe de réemploi ?

La meilleure façon d'aborder cette question en tant qu'entreprise dans le secteur du bois aux différents stades du processus de construction est décrite en détail dans le « guide du réemploi en pratique ».

Quelques consignes : 

  • Vous pouvez estimer le potentiel de réemploi des matériaux de construction en utilisant un inventaire de réemploi et des critères de sélection. 
  • Les matériaux habituellement récupérés par les menuisiers dans le secteur du bois sont les suivants : fermes, poutres, chevrons, bois lamellé-collé, panneaux de coffrage, bois issu d'aménagements marins, bois de grange, poutres débitées en planches, menuiserie extérieure, portes intérieures, escaliers intérieurs, parquet, lambris et panneaux. 
  • Réalisez des essais de déconstruction pour vérifier si les matériaux sont suffisamment démontables et pour déterminer une technique de démontage appropriée. 
  • Gardez à l'esprit qu'il y a toujours un certain taux de perte. 
  • Lors de la déconstruction de matériaux en vue de leur réemploi, la traçabilité revêt une grande importance. 
  • De bons accords sont nécessaires pour répartir les responsabilités relatives à certaines tâches. 
  • Consacrez une attention suffisante au stockage des matériaux, tant en ce qui concerne les mesures de protection que leur coût. 
  • Travaillez avec des fournisseurs professionnels de matériaux de réemploi ou créez un réseau pour des matériaux spécifiques afin d'avoir un contrôle suffisant sur la capacité de livraison et la qualité. 
  • Suivez la procédure expliquée dans le guide pour lever les incertitudes concernant les performances techniques des éléments de réemploi et justifier leurs performances. 
  • En principe, la plupart des matériaux de réemploi peuvent être placés de la même manière que les matériaux neufs. Il faut cependant tenir compte des imperfections possibles (dimensions différentes, écarts visuels, revêtements ou peintures, résidus de pièces métalliques, dégradations...) ou à l’éventuelle incompatibilité entre les anciens et les nouveaux matériaux. 
  • Les principaux surcoûts éventuellement liés au réemploi : main-d'œuvre, adaptation de la méthode de travail, logistique supplémentaire, traitements supplémentaires, justification des performances techniques et maintien de la traçabilité. 
  • Les principaux avantages généralement associés au réemploi : suppression des coûts de gestion des déchets, suppression des coûts de transport (en cas de réutilisation sur site), prix d'achat inférieur à celui des matériaux neufs, recettes dues à l'amélioration de l'image de l'entreprise ou à des services supplémentaires.