Vers le contenu principal

Le CSTC devient Buildwise : découvrez tout ici.

Raccord ETICS - Seuil

Numéro de réference:
1402
Date de publication:
01/08/2016
Éléments de construction:
Structure portante:
La source:
Sur cette page Description

  • 58. Raccord ETICS - Seuil
    A. Seuil métallique
    B. Seuil en pierre naturelle

    1. Bande d'étanchéité comprimée
    2. Joint d'étanchéité souple
    3. Rehausse arrière (talon)
    4. Rehausse latérale
    5. Colle (ETICS)
    6. Enduit (ETICS)
    7. Panneau d'isolation (ETICS) (épaisseur : d,isol ETICS)
    8. Seuil en pierre

NIT 257 §5.2.1 RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

Les raccords aux fenêtres et aux portes doivent satisfaire non seulement aux exigences d'étanchéité à l'eau et de durabilité, mais aussi aux exigences thermiques et acoustiques. À cette fin, les recommandations générales formulées ci-après doivent être respectées.

La pose des châssis sans battée et donc à fleur de l'enduit (sans retour d'enduit) est possible (voir figure 52) mais déconseillée, car elle augmente le risque de fissuration dans les angles et le risque d'infiltration d'eau. La pose en battée est recommandée (voir figure 51). Dans cette configuration, l'isolant de l'ETICS couvre une partie du dormant du châssis (et forme une battée). Plusieurs positionnements de la partie fixe du châssis sont possibles, à savoir soit à fleur de la face externe du mur porteur (solution la plus utilisée jusqu'à présent; voir figures 53B et 54, p. 55), soit de manière excentrée (en applique, voir figures 53A et 55, p. 55) dans l'alignement de la couche d'isolation de la façade. Cette dernière option est avantageuse d'un point de vue thermique (voir § 5.2.3, p. 57). La pose au coeur du mur (voir figure 53C, p. 55) est envisageable, mais s'applique plutôt à la rénovation et suit, d'une manière générale, les dispositions constructives associées aux châssis posés à fleur du mur (voir § 5.2.3, p. 57).

Dans tous les cas, la longueur (recouvrement du dormant par l'isolant de l'ETICS) et la profondeur (dimension du retour d'enduit) de la battée doivent être suffisantes afin de permettre la pose des accessoires de l'ETICS, soit respectivement au moins 2 cm (bande d'étanchéité comprimée) et au moins 4 cm (profilé d'angle de l'enduit). Lorsque la menuiserie est placée à fleur du mur, la battée doit présenter une largeur minimale, qui correspond à la longueur de contact (dcontact), pour assurer la conformité du noeud à la réglementation PEB. Cette longueur de contact dépend de l'épaisseur de la partie fixe du châssis et est soumise à des exigences spécifiques (voir § 5.2.3, p. 57, et 5.2.4, p. 60).

Lorsqu'il est prescrit, en fonction de l'exposition du bâtiment (voir NIT n° 188 [C4] en cours de révision), de raccorder la menuiserie et le gros oeuvre au moyen d'une étanchéité supplémentaire dans le but de former un écran à l'air (voir figure 56, p. 56), la pose de l'ETICS par collage peut s'avérer inadéquate selon la nature du matériau et la longueur du mur recouvert. En cas de doute, des fixations mécaniques devront être prévues au droit de la zone concernée, à moins que l'on dispose d'une colle adaptée à l'étanchéité et/ou que la longueur de la zone soit limitée (maximum 15 cm).

Si le bâtiment bénéficie d'un niveau d'étanchéité à l'air élevé grâce à la prise de mesures appropriées concernant la jonction entre l'enduit intérieur et le châssis, l'étanchéité supplémentaire n'est pas requise, sauf cas particulier (baies situées à proximité des angles de bâtiment combinées à un mur non étanche à l'air, par exemple).

Le raccord (étanche à l'eau) entre l'ETICS et la menuiserie est réalisé, d'une part, en insérant une bande d'étanchéité comprimée (qui doit être suffisamment comprimée) entre l'isolant et la menuiserie et, d'autre part, en plaçant soit un profilé d'arrêt combiné à un joint souple, soit un joint souple seul entre l'enduit et la menuiserie. Dans tous les cas, le bon entretien du joint souple est primordial.

La méthode alternative qui consiste à appliquer l'enduit directement en butée de la menuiserie (moyennant une coupe en V à la jonction) est réservée aux ouvertures de petites dimensions et aux enduits minces disposant de propriétés d'élasticité adéquates. À cet égard, il convient de suivre les recommandations des fabricants. Cette solution ne dispense pas de l'intégration d'une bande comprimée entre l'isolant et la menuiserie.

En rénovation, le choix de remplacer ou non un châssis existant ou de modifier son positionnement influence la conception des détails.


Une épaisseur de dormant suffisante doit être prévue afin de permettre une mise en place correcte de l'ETICS et la réalisation d'une battée isolée.

En cas d'isolant de forte épaisseur, un effet d'ombrage assez important peut se manifester. Des solutions telles que la découpe de l'isolant à 45° peuvent être adoptées afin de diminuer cet effet, à condition que l'aspect esthétique reste acceptable. Le positionnement du châssis peut également contribuer à cet effet d'ombrage.
Rappelons finalement qu'en fonction des dispositions constructives prévues, les raccords entre le mur et les châssis peuvent affaiblir les performances acoustiques en raison des fuites acoustiques qu'ils engendrent. Certains types de raccords peuvent être désavantageux, voire déconseillés dans un environnement bruyant lorsque des exigences acoustiques sont posées (voir § 3.5, p. 37).
NIT 257 §5.2.2 SEUILS
Les seuils de fenêtre (dotés de rehausses latérales et arrière) doivent permettre l'évacuation et le rejet de l'eau de pluie en dehors du plan de la façade. Ils sont de préférence métalliques (en aluminium, par exemple, éventuellement laqué; voir figure 57 et figure 58, p. 57). L'utilisation de seuils en pierre naturelle ou en béton (pourvus d'un larmier sur la face inférieure) est possible, mais n'est pas conseillée, car ils n'offrent notamment pas de protection verticale contre les pluies à leur jonction avec l'ETICS (voir figure 58B, p. 57). L'enduit de finition doit se trouver à fleur de l'extrémité des rehausses latérales des seuils. Il est indispensable que la jonction entre la rehausse latérale et le talon du seuil soit parfaitement étanche.
Si l'épaisseur d'isolant est importante, les accessoires fixés au niveau du mur porteur ou des dormants de châssis (seuils, appuis, couvre-murs) doivent idéalement reposer sur une, voire plusieurs équerres de renfort afin de prévenir les effets du vent ou de charges localisées. Il existe de petits profilés destinés à être placés à l'extrémité des équerres et coincés au droit du larmier des seuils, mais ce dispositif gêne la pose du préformé d'étanchéité entre le seuil et l'ETICS. Une autre solution consiste à solidariser l'équerre à l'accessoire au moyen d'une colle adaptée (polyuréthane, par exemple). Afin de limiter le pont thermique, la pose de l'équerre peut en outre être réalisée par l'intermédiaire d'un isolant adapté.



Publications connexes